INAUGURATION DU BUSTE DE PIERRE DUMAS

  

 

 

Photos de Françoise Heymans,

de Genève,

Membre Fondateur Bienfaiteur

de la Fondation Pierre Dumas

 

 

 

Discours de Pierre MESSMER

Ancien Premier Ministre,

 Chancelier de l’Ordre de la Libération,

Chancelier Honoraire de l’Institut de France 

 

Madame,

Messieurs les  Ministres,

Monsieur le Préfet,

Mesdames et Messieurs les Présidents

Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

Mesdames, Messieurs,

 

Il y a déjà deux ans maintenant qu’au théâtre municipal de Chambéry j’étais venu, à votre invitation, Madame, rappeler les raisons pour lesquelles l’Institut de France dont j’occupais alors les fonctions de Chancelier avait décidé d’abriter la Fondation que vous souhaitiez créer et doter en souvenir de votre mari afin d’honorer sa mémoire et de porter témoignage des valeurs qui ont fondé la vie d’un homme d’Etat inlassablement dévoué à son pays, à sa région et qui  ont guidé sa haute idée du service public.

Pierre Dumas était un résistant courageux :

Lors de cette manifestation à Chambéry  son rôle exemplaire dans la Résistance a été éclairé de nombreux souvenirs émouvants. Le Chancelier de l’Ordre de la Libération ne saurait trop redire combien il est important de marquer le passage de ces grandes figures de la résistance qui sont comme des phares placés le long des routes pour rappeler les dangers du chemin souvent dur qui libère les hommes de toute entrave et de toute compromission.

 

Pierre Dumas était aussi un ministre talentueux et estimé :

Il était un remarquable conciliateur sachant ériger entre les hommes les passerelles qui au-delà des orientations politiques et philosophiques permettent le dialogue, l’écoute, la communication et favorisent le respect mutuel dans nos sociétés complexes. Pendant cinq ans comme Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, il donnera la pleine mesure de son talent nouant de multiples relations d’estime et d’amitié avec les parlementaires de tous horizons. Mais si le verbe dont Pierre Dumas était un artiste a été souvent pour lui un moyen de jeter des ponts entre les hommes, il est d’autres ouvrages qui lui ont permis de tisser des liens entre eux. Dans le Gouvernement Pompidou où il était mon collègue, Pierre Dumas fut aussi Secrétaire d’Etat aux travaux publics. Bâtisseur, visionnaire, il donna une impulsion souvent décisive à la politique de grands travaux voulue par le Général de Gaulle et mise en œuvre par Georges Pompidou, alors premier Ministre.

Pierre Dumas était encore passionnément savoyard :

Son ambition pour son pays, il l’avait aussi pour sa région, la Savoie, que la nature a rendue difficile d’accès. Désenclavée, la Savoie, sous son impulsion, s’est  ouverte vers nos amis italiens dont je salue la présence, modernisant et fertilisant son tissu économique et social.

Lorsque Pierre Dumas crée la Société française du Tunnel Routier du Fréjus, il entend briser une barrière infranchissable, creuser une brèche de plus de douze kilomètres qui fera de la Savoie un pivot entre la France et l’Italie, la Savoie et le Piémont, le Nord de l’Europe et le Sud de l’Italie, la Mer du Nord et la région des Pouilles.  Cet ouvrage est une prouesse technique. C’est un chantier gigantesque dont l’utilité sera amplifiée par la réalisation de l’autoroute qui le dessert.  C’est surtout l’aboutissement de la volonté d’un homme pour lequel, Madame, j’ai une profonde estime et auquel les savoyards et les européens doivent garder une vraie reconnaissance.

Je le revois, haute stature, d’une exquise urbanité, tourné avec bonté vers l’autre, soucieux de la concorde et des rapports apaisés mais ne sacrifiant jamais les idéaux qui l’habitaient, attentif à la jeunesse, bâtisseur d’avenir, d’une foi à creuser les montagnes et d’un optimisme contagieux.  Ce n’était pas un doux  rêveur. C’était un rêveur dont la douceur résultait de sa capacité à transformer ses rêves en réalité.

C’est pour moi, aujourd’hui, une grande joie d’être à vos côtés pour inaugurer et dévoiler ce buste qui gardera comme un talisman au cœur de nos montagnes, à la proue d’un ouvrage d’art qui est le sien, sa présence et son souvenir.

Vive Pierre Dumas

Vive la Savoie

Vive la France

 

de gauche à droite : Gilbert Santel, Michel Bouvard, Anne-Marie Pinon, Janine Dumas, Pierre Messmer, Patrice Raulin, Jean-Pierre Vial, Hervé Gaymard, Livio Benedetti

Cliquer l'image pour lire l'article.

Retour Evénements    

Retour Accueil